L’avis du Conseil d’État, le 7 février dernier (1), sur la mutagénèse a du mal à passer auprès des entreprises semencières, des syndicats de grandes cultures et des instituts techniques. Le Conseil a jugé que les organismes obtenus par mutagénèse dirigée et par mutagénèse in vitro (utilisée notamment pour rendre tolérants aux herbicides le tournesol et le colza) doivent respecter la réglementation européenne sur les OGM. « Un frein à l’innovation variétale et à la compétitivité agricole française », affirment 27 organisations dans un communiqué de presse. L’AFBV (2) craint un « sérieux déclassement de la filière française des semences ». Tous demandent une révision de la directive européenne qui régit les OGM. Ce qui amène les neuf associations qui avaient saisi le Conseil d’État en 2015 à être vigilantes. Elles entendent « poursuivre le combat pour qu’on n’inclut pas n’importe quoi dans cette nouvelle directive ».

I.E.

(1) Lire La France agricole du 14 février 2020, p 18.

(2) Association française des biotechnologies végétales.

Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Nouvelle hausse du colza sur Euronext

Les prix du colza étaient en hausse ce jeudi 16 septembre 2021 après-midi sur le marché européen, au plus haut de l’année, porté par des tensions sur les bilans canadien et européen.