Terrena est désormais aux manettes de la société Doux SA. Avec Sofiprotéol comme coactionnaire minoritaire, ils en détiennent 52,5 % du capital, aux côtés des actionnaires de référence actuels, le groupe saoudien Almunajem (25 %) et la famille Doux (22,5 %).

Par le regroupement de Doux et de Gastronome, sa filiale volailles, Terrena entend constituer « un pôle Volailles qui consolide sa place de numéro deux sur le marché français, avec 23 % de la production nationale et un chiffre d’affaires estimé à 1,4 milliard d’euros en 2016 », précise la coopérative. Elle travaillera avec 1 500 éleveurs pour commercialiser 420 000 t de volailles par an.

Déjà numéro deux français, Terrena ne compte pas s’arrêter là. « Nous avons l’ambition de bâtir un champion de la volaille à l’exportation et d’être leader sur les produits élaborés avec les produits Père Dodu, mais aussi de reconquérir le marché français », a expliqué Maxime Vandoni, son directeur général.

Plan sur trois ans

Cette reconquête passerait par « des produits compétitifs et de qualité », tandis que l’ambition à l’international est « d’exporter le savoir-faire français, en apportant une offre adaptée à chaque marché, notamment au Moyen-Orient ». Terrena annoncera fin juin un plan d’investissement sur trois ans.

Elsa Casalegno