Le 4 février dernier, Groupama a annoncé avoir versé 250 millions d’euros au titre de l’assurance multirisque climatique pour 2019. Un montant en augmentation de 33 % par rapport à celui de 2018. Au total, presque 120 M€ ont été attribués pour les pertes liées à la sécheresse et aux coups de chaleur, essentiellement pour les cultures et la vigne.

L’assureur poursuit également le travail sur l’assurance des prairies, dont les montants d’indemnisation sont indiciels. Sur ce sujet, Groupama souhaite une meilleure articulation avec le FNGRA (1), qui indemnise les exploitations reconnues sinistrées au titre des calamités agricoles, car les deux dispositifs sont exclusifs. Une situation « difficilement acceptable et qui provoque de vraies insatisfactions sur le terrain », selon Jean-Yves Dagès, président de Groupama. C’est, par ailleurs, le sujet du travail entrepris dans le cadre de la réforme des outils de gestion des risques, mené par le ministère de l’Agriculture depuis l’an dernier. Aucune annonce sur le sujet n’est prévue à ce jour.

Alessandra Gambarini

(1) Fonds national de gestion des risques agricoles.