Au lendemain de l’annonce du plan de sauvegarde porcin, Fleury-Michon a annoncé le 1er février son objectif d’atteindre rapidement deux tiers de ses achats en viande porcine française. Et ce, « tant que les cours resteront à des niveaux insuffisants » pour les éleveurs.

« À chaque fois que possible »

Pour ce faire, l’industriel prévoit, dans un premier temps, de « basculer immédiatement l’approvisionnement de sa gamme de rôtis de porc en viande 100 % origine France ». Il assure donner la priorité au porc français « à chaque fois que possible » sur la base de « la qualité, la disponibilité, la sécurité des approvisionnements et l’accessibilité du prix par les consommateurs ».

Le 2 février, Intermarché a pris la balle au bond. Pour encourager Fleury-Michon à s’approvisionner en viande porcine française (VPF), le distributeur s’est engagé à « développer l’assortiment des références VPF de Fleury-Michon ». Le distributeur promet qu’il « s’inscrira dans cette même dynamique avec les autres industriels qui s’engageront sur la voie du VPF ». V. Guyot