Les sorties des agneaux après les fêtes de Pâques ralentissent. Elles dépassent tout de même 60 000 têtes par semaine. Les professionnels prévoient entre 43 000 et 46 000 agneaux hebdomadaires issus du bassin allaitant jusqu’à la mi-mai, auxquels il faudra ajouter 17 000 animaux par semaine issus des élevages laitiers à partir de la semaine du 20 au 24 avril et ce jusqu’à la mi-juin.

Les éleveurs espèrent rester sur cette dynamique d’écoulement d’avant Pâques. « À condition également que les prix soient maintenus », ajoute Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine (FNO). Certaines enseignes se sont dites prêtes à vendre de l’agneau français jusqu’à la mi-juillet. « Je dis chiche, s’exclame Michèle Boudoin. Mais il faut que l’on stabilise le prix. Je rappelle que nous faisons partie des citoyens “au front”. Nous devons nous y retrouver en termes de revenu. »

Le prix de vente reste une grande déception pour les producteurs lors de la période de Pâques. « Il nous a manqué au moins 20 € par agneau, constate Denis Perreau, secrétaire général de la Confédération paysanne. Si une partie des abatteurs et des distributeurs ont joué le jeu de la production française avant Pâques, une partie s’est tournée vers les importations irlandaises à très bas prix dès le mardi suivant les fêtes pascales. »

Les prix grimpent

D’autres semblent néanmoins privilégier l’agneau français. Les premiers marchés qui se sont déroulés après Pâques en témoignent. À Châteaumeillant, dans le Cher, le 21 avril, les tarifs des agneaux U de 38 à 44 kg ont bondi de 0,48 €/kg vif pour s’établir à 3,88 €/kg vif. « Les lots d’animaux présentés étaient de très bonne qualité, précise Jérôme Chartron, chef des ventes du marché. Les transactions étaient dynamiques et l’ensemble des 500 bêtes présentées se sont vendues. » Espérons que la tendance perdure.

M.-F. M.

Votre analyse du marché - Ovins

L’offre ne couvre pas la demande

La demande se tasse, mais les disponibilités peinent à la couvrir. L’animation commerciale est soutenue sur les cadrans avec une bonne tenue des prix alors que la tendance de ces dernières années la tendance était plutôt à la baisse à la fin de septembre.