Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Didier Guillaume en consultation

réservé aux abonnés

 - -->
La FNSEA a été le premier syndicat agricole reçu par le ministre de l’Agriculture, le 9 juin. © X. Remongin/agriculture.gouv.fr

Les syndicats agricoles ont été reçus au ministère de l’Agriculture pour échanger sur les sujets du moment, dont l’après-Covid-19.

Du 9 au 11 juin, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, s’est entretenu avec tous les syndicats agricoles sur la gestion de la crise liée au Covid-19 et « l’après ». La FNSEA, la Confédération paysanne, la Coordination rurale (CR) et le Modef se sont inquiétés d’une montée du chômage et celle corrélative de la « précarité alimentaire ». La baisse de pouvoir d’achat orienterait naturellement les consommateurs vers des produits à bas prix. La CR craint que la grande distribution ne se saisisse de ce phénomène pour remplir les rayons de produits importés, moins chers.

La Confédération paysanne relate que le ministre a indiqué qu’il n’y aura pas de loi foncière d’ici à la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron. Elle était espérée par beaucoup d’organisations et associations. Des mesures pourraient, en revanche, être prises par ordonnance ou par décret sur trois priorités : la régulation du marché sociétaire, la conditionnalité des aides au statut d’actif agricole et la transmission du foncier.

Parmi les multiples sujets abordés, il a été question de la gestion des risques. Ce dossier, ouvert l’été dernier avec les assureurs et la profession agricole, pourrait prendre un nouveau tournant avec des mesures du ministre, avant la mi-juillet, sur la réforme de l’assurance climatique.

Didier Guillaume a également évoqué, avec Jeunes Agriculteurs, l’organisation d’un « événement pour définir la souveraineté alimentaire » à la rentrée de septembre.

A.M., B.L. B.Q. A.G., M.S,

Faucher les jachères ?

Reçue par le ministre de l’Agriculture, la FNSEA a exprimé, le 9 juin, son inquiétude sur le risque de sécheresse pour cinquante-trois départements. « Nous poussons pour obtenir rapidement le droit de faucher les jachères », a indiqué Christiane Lambert, présidente du syndicat. Mais la dérogation ne peut être accordée qu’après la fin de la période de déclaration Pac, le 15 juin au mieux.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !