Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, l’usage en traitement préventif d’une cinquantaine de molécules critiques est désormais interdit en médecine vétérinaire. Leur utilisation en traitement curatif ou métaphylactique (1) est possible sous conditions, voire également interdite.

Un usage curatif très encadré

Ces molécules, d’importance critique en médecine humaine mais dont l’utilisation se heurte au développement de l’antibiorésistance, seront listées dans un arrêté qui sera publié au Journal officiel dans les prochains jours.

Dans le cadre d’un usage curatif ou métaphylactique, leur prescription par le vétérinaire est soumise à plusieurs exigences : maladie à taux élevé de morbidité ou de mortalité, durée de prescription d’un mois maximum (avec une éventuelle prolongation conditionnée à un nouvel examen clinique de l’animal), réalisation préalable d’examen clinique, identification de la souche bactérienne impliquée…

Avant toute chose, il devra s’assurer si un autre antibiotique, non critique, pourrait être utilisé.

E.C.

(1) Traitement d’un lot d’animaux, dans lequel un animal est infecté, pour éviter la contamination des autres animaux.