À l’occasion de la journée Grand angle viande, organisée par l’Institut de l’élevage le 5 décembre à Paris, Annick Jentzer, responsable de la section bovine à l’interprofession bétail et viandes (Interbev), a présenté les nouvelles promesses du plan de filière, adopté fin 2017 à la suite des États généraux de l’alimentation (EGA).

Parmi les ambitions d’Interbev figure le développement du label rouge. La section bovine, qui souhaite « consolider son gage de fiabilité auprès des consommateurs », a proposé à l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) de faire évoluer les critères d’éligibilité au label rouge pour la viande de bœuf. Le cahier des charges rénové, qui devrait être entériné début 2020, intégrera comme critères supplémentaires l’autonomie alimentaire des élevages garantie à 80 % minimum, une alimentation du troupeau sans OGM et sans huile de palme, l’absence de traitement antibiotique durant les quatre derniers mois de vie des animaux, une meilleure gestion de la douleur via le recours à l’anesthésie et/ou à l’analgésie en cas d’écornage ou de castration, et l’intégration progressive de Boviwell, un outil d’évaluation du bien-être animal en élevage.

Lucie Pouchard