Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les Français préfèrent le local au bio

réservé aux abonnés

 - -->
Les Français justifient leur choix de la proximité par le bénéfice pour l’agriculteur. © C. Faimali

Une consultation montre l’intérêt national pour les circuits courts avant le bio.

Comment permettre à chacun de mieux manger en France ? Les circuits courts seraient la solution. 460 000 personnes ont en effet répondu à cette question ouverte posée par la plate-forme Make.org. Et 28 % des personnes interrogées ont ainsi prôné les produits locaux, a-t-on appris, mardi 15 octobre, lors des Assises de l’agriculture et de l’alimentation, à Rennes (Ille-et-Vilaine). Seulement 3 % ont défendu une agriculture alternative, « Le bio a été peu mentionné », a précisé Axel Dauchez, le président de Make.org. venu présenter les résultats de cette vaste consultation nationale.

Libres de manger de la viande

L’échantillon a également été interrogé sur ses habitudes alimentaires et les possibles changements. Les réponses ont été aussi nombreuses que clivantes. « Les gens n’aiment pas qu’on leur dise ce qu’ils doivent favoriser ou pas. Et si nous ajoutons les termes “interdire” ou “forcer”, nous basculons dans ce que nous appelons dans notre jargon, “un repoussoir”. Sur les comportements individuels, les gens répondent de les laisser faire, en particulier sur leur consommation de viande », a indiqué Axel Dauchez. Une minorité a évoqué le bien-être animal.

Un consensus s’est aussi dégagé autour de la nécessité de consommer des produits de saison et d’un apprentissage de l’alimentation saine dès le plus jeune âge. Les résultats ont également mis en évidence le souhait fort d’un meilleur contrôle de l’origine des aliments transformés.

Rosanne Aries

Un Tripadvisor pour l’alimentation

L’association Ferme France, lancera, en février 2020, un système de notation des aliments, par les consommateurs. Des critères, liés à l’exploitation d’origine du produit, entreront dans la note « sociétale » de 1 à 100. Plus largement, l’outil appelé « jury citoyen » s’appuiera sur plusieurs critères, de la production à la distribution, notamment la juste rémunération de l’agriculteur.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !