Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Agriculteurs bio en difficulté

réservé aux abonnés

 - -->
Manifestation le 22 février à Niort   © Ph. Engerbeau/NR

Malgré un marché de la bio florissant, les agriculteurs, qui attendent toujours leurs aides, se trouvent dans des situations financières insoutenables.

En période de Salon, il est normal de communiquer sur les bons chiffres de la bio. Surtout quand ce mode de production est plébiscité en paroles et en actes par le citoyen et consommateur (lire l’encadré). Le premier maillon de la filière est pourtant bien fragilisé par les retards de paiement et l’épuisement des enveloppes régionales.

Après les alertes lancées par la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) et les syndicats agricoles depuis plusieurs mois, les agriculteurs sont descendus dans la rue en Basse-Normandie et dans trois départements de Poitou-Charentes, les 22 et 23 février. Au même moment, la Coordination rurale organisait une conférence de presse dans une ferme bio du Centre.

Rien avant l’été

Tous dénoncent les deux ans de retard et l’apport de trésorerie remboursable (ATR) « insuffisant », qui ont mis à mal les plans de financement de nombreux agriculteurs en conversion, devant faire face à une baisse de productivité et des investissements, avant de pouvoir être payé en bio. Mot d’ordre lancé par la Fnab : réclamer « le paiement immédiat des aides 2015 et 2016 et la prise en charge par l’État et les Régions des intérêts sur les prêts contractés par les paysans bio p our faire face aux retards ».

Selon le ministère de l’Agriculture, les paiements du solde des aides 2015 (bio et mesures agroenvironnementales et climatiques, MAEC) devraient s’échelonner entre la fin du printemps et la fin de l’été. Pour les aides 2016, on comprend qu’il ne se passera pas grand-chose avant l’automne, voire l’hiver. En revanche, un ATR amélioré par rapport à 2015 est prévu en mars, avec un plafond rehaussé et la transparence pour les Gaec.

Et pour après ? L’inquiétude porte moins sur les délais de paiement que sur le ciblage et les montants de l’aide, la plupart des Régions (hors Grand-Est et Hauts-de-France) ayant déjà consommé toute leur enveloppe. « Je ne vois pas comment on pourra tenir jusqu’en 2020 », a confié Jean-Pierre Raynaud, président de la Commission agriculture des Régions de France, à La France agricole.

R. Aries et B. Lafeuille
Une demande croissante

Le marché des produits bio a atteint 7 millards d’euros de chiffre d’affaires en 2016, soit un bond de 20 % en un an, selon l’Agence Bio. L’origine France en représente environ les trois quarts. 82 % des Français sondés estiment qu’il est « important de développer l’agriculture bio ». Les agriculteurs sont partants : il y a eu une hausse de 12 % des fermes bio en 2016.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !