Le site Lactalis de Craon, en Mayenne, serait-il victime d’une salmonelle récidiviste ? C’est l’hypothèse avancée par la Revue de l’industrie agroalimentaire (RIA), dans un article paru le 8 janvier. « Si les analyses en cours doivent le confirmer formellement, tout semble concorder pour dire que la souche de Salmonella Agona de 2017 dériverait de celle de 2005 », affirme Simon Le Hello, de l’Institut Pasteur. Il y a douze ans, l’usine de Craon, alors propriété de Célia, avait été contaminée par une salmonelle. La bactérie aurait « subsisté dans l’environnement, et se serait adaptée. »