C’est un soulagement pour les éleveurs et les salariés du groupe. Le 18 mai, le tribunal de commerce de Rennes (Ille-et-Vilaine) a choisi le consortium emmené par LDC pour la reprise du volailler breton. Doux évoluera vers une nouvelle société nommée Yer Breizh, constituée de LDC, Triskalia, Terrena et Al-Munajem (ces deux derniers sont actionnaires depuis 2016), ainsi que de la Région Bretagne qui apportera 20 millions d’euros.

LDC, qui investira 60 millions d’euros dans le cadre de ce plan de reprise, entend donner « une nouvelle ambition à la filière avicole française combinant reconquête des importations, exigences de compétitivité et défense de l’emploi et des produits français ». Côté salariés, 912 emplois sont maintenus sur les 1 165 du groupe, et 401 offres de reclassement faites en Bretagne et Pays de la Loire. Reste à préciser ce qu’il adviendra des contrats des éleveurs fournisseurs de Doux.

E. C. avec l’AFP

.