Le groupe Doux compte se placer, début avril, en liquidation judiciaire, en vue d’une éventuelle poursuite d’activité. La demande devrait être déposée le 3 avril devant le tribunal de commerce de Rennes. L’activité se poursuivra en attendant une nouvelle audience courant mai.

« Les discussions avec [l’éventuel repreneur, le groupe ukrainien] MHP ne sont pas achevées à ce jour, indique la direction. MHP travaille toujours avec Doux sur son offre et reste un partenaire potentiel sérieux pour élaborer un projet », ajoute le volailler dans un communiqué. MHP a jusqu’au 28 mars pour déposer un projet de reprise (qui exclut le site de Chantonnay, en Vendée, et ses 300 salariés).

La Région Bretagne est prête à mettre jusqu’à 15 millions d’euros sur la table pour accompagner la reprise, a annoncé son président, le socialiste Loïg Chesnais-Girard, le 26 mars.