Un constat d’huissier pour attester de la présence de ressources fourragères dans une parcelle ? La méthode employée par la Confédération paysanne chez un éleveur des Bouches-du-Rhône, le 28 juin, semble extrême ! En y recourant, le syndicat a voulu interpeller le ministère, afin que « soient mis en place des contrôles adaptés aux réalités de terrain ». Car les consignes concernant l’admissibilité des surfaces pastorales ligneuses (soumises au prorata) se sont durcies en 2018, à la suite de l’audit de Bruxelles. Les contrôleurs doivent désormais apprécier l’état de la ressource au moment précis du contrôle. Les photos n’ayant plus valeur de preuve, les éleveurs des zones sèches qui seront contrôlés fin août seront démunis face à l’Administration, qui constatera sur place l’absence de végétation sur les parcelles déclarées à la Pac… Même si elles étaient verdoyantes quelques semaines plus tôt. B. L.