La fédération nationale de défense du pastoralisme (FNDP) est née ce 24 juin lors de la transhumance de 2 500 brebis au mont Lozère, un évènement qui a rassemblé 4 000 personnes. Une dizaine de fondateurs originaires du Massif central, des Vosges, des Alpes, des Pyrénées… sont à l’initiative de la structure. Une partie d’entre eux a déjà exposé au président de la République, en mars dernier, les difficultés de conduire les troupeaux en présence des grands prédateurs. L’ambition de la FNDP est de rassembler l’ensemble de la société autour de la sauvegarde du pastoralisme, alors que les grands prédateurs, dont le loup, sont de plus en plus nombreux sur le territoire. D’après le communiqué de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage du 25 juin, leur nombre a augmenté de 20 % et atteignait 430 individus à la fin du mois de mars. Le nombre de zones de présence permanente (ZPP) explose lui aussi. Elles sont désormais 74, et des observations suspectes sont de plus en plus fréquentes sur le front de colonisation.

M.-F. M.