La Fédération nationale bovine et la Fédération française des commerçants en bestiaux dénoncent une pratique opaque, en forte progression, « qui a pour seul objet de manipuler les cotations. » L’absence de transparence concernant la contrepartie des compléments, ainsi que les importants délais de paiement, sont aussi pointés du doigt.