L’accord de libre-échange avec le Canada (CETA), que les ministres du Commerce de l’UE n’ont pas signé le 18 octobre, s’avérerait tout aussi problématique pour l’élevage que son homologue américain (TTIP), ont alerté des représentants des filières lait et viande et plusieurs organisations de la société civile, lors d’un échange organisé le 11 octobre à l’Assemblée par les députés Brigitte Allain (EELV), Guillaume Chevrollier (LR) et Dominique Potier (PS). Éleveurs comme ONG expriment des craintes quant au quota d’importation de viande bovine de 65 000 t, la reconnaissance de seulement 173 des 1 349 AOP/IGP européennes, l’abaissement des normes sanitaires, environnementales et de bien-être animal…