La série noire se poursuit pour l’industriel. Lundi, c’est une chaîne de magasins néerlandaise qui a annoncé avoir retiré de la vente des laits infantiles, rejoignant une liste de 35 pays concernés par l’alerte sanitaire. La veille, le ministère de l’Économie français avait ordonné la suspension de la commercialisation et le rappel de 600 lots de laits infantiles issus de l’usine de Craon, en Mayenne. Soit 7 000 t de poudre au total. Le numéro un mondial du lait l’a finalement reconnu, « une cause probable de contamination est survenue sur une de nos tours de séchage » au mois de mai dernier. Un nettoyage et une désinfection renforcés sont en cours sur le site de Craon, à l’arrêt jusqu’à nouvel ordre, sous le contrôle des pouvoirs publics. Pour les éleveurs sous contrat avec Lactalis, « il n’y a pas de conséquences pour la collecte. Les volumes initialement destinés à l’usine sont redirigés vers d’autres sites de production du groupe. »