Pour faciliter la transmission, « le cédant ne doit pas être au taquet sur tous les éléments qu’il vend », a défendu Véronique Lenaers, conseillère à la Safer Poitou-Charentes. « Il faut surtout une volonté politique de faire en sorte que, par des moyens fiscaux, le cédant laisse des parts dans l’exploitation, si on veut que ça continue », a répliqué l’éleveur Daniel Gaillard.