Vingt-quatre manifestations ont été organisées devant des magasins Leclerc, à l’appel de la Fédération nationale bovine (FNB), mercredi 17 mai. Les éleveurs reprochent au distributeur d’être à la traîne dans le déploiement de la démarche « Éleveur & Engagé » (signature du projet « Cœur de gamme »), malgré son engagement le 13 septembre dernier. Invité à l’assemblée générale des éleveurs de Loué, le 18 mai au Mans, Michel-Edouard Leclerc a réagi. « On voudrait nous imposer un canal unique de commercialisation de races à viande au détriment de nos contrats Alliances locales », a-t-il commenté. Il a mentionné la création, début mai, d’une commission agricole au sein de l’enseigne. Sa mission : reprendre contact avec les producteurs pour travailler « par-delà le marché et la dictature du court terme ». « Les Alliances locales ne garantissent pas une juste rémunération de l’éleveur, à l’inverse de notre démarche », rappelle Bruno Dufayet, président de la FNB.

A. M. et V. S.