Si le rapport sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie, présenté le 20 septembre par la commission d’enquête parlementaire, réjouit en partie les associations en faveur de l’amélioration des conditions de vie des animaux d’élevage, le point sur l’abattage rituel divise encore. En effet, les députés ne préconisent qu’une modification de l’article R.214-74 du code rural, « afin de préciser que l’étourdissement réversible [qui ne provoque pas instantanément la mort de l’animal] et l’étourdissement postjugulation [qui rend les animaux inconscients quelques secondes après la saignée] sont possibles en cas d’abattage rituel ». Les associations auraient préféré que l’étourdissement systématique soit tout bonnement rendu obligatoire, comme c’est le cas dans d’autres pays d’Europe. Les associations demandent à intégrer la proposition de loi visant à éviter toute souffrance aux animaux lors de leur abattage, déposée le 20 juillet par les députés Geneviève Gaillard (PS) et Jacques Lamblin (LR).

Hélène Chaligne