L’accès aux financements est-il un problème en agriculture ? Non, répond Jean-Christophe Roubin, directeur de l’agriculture au Crédit agricole, lors d’un débat organisé par Euractiv (1), le 12 mars 2019. Un projet entrepreneurial solide, viable et qui répond aux besoins des consommateurs sera financé.

Ticket d’entrée

Les enjeux actuels concernent plutôt le niveau des capitaux nécessaires au fonctionnement d’une entreprise agricole. « Le ticket d’entrée pour une exploitation produisant 300 000 litres de lait, est, au minimum, de 600 000 euros », détaille Jean-Christophe Roubin. C’est beaucoup d’argent immobilisé, qu’il faut financer et garantir.

« Le secteur agricole est sous-capitalisé, renchérit Cyril Temin, fondateur d’Agrilend (2). Il a des besoins d’industrie et des bénéfices d’artisans. » Il faut des capitaux pour produire. Il n’y a pas de réelles difficultés d’accès aux financements. Mais, il faut de la rentabilité, alors que depuis dix ans on observe une érosion des prix agricoles. L’enjeu majeur est donc la réappropriation par les agriculteurs de la valeur ajoutée générée par leurs produits.

Marie Salset

(1) Une plateforme de financement participatif par le prêt, dédiée à l’agriculture.

(2) Un réseau de média européen.