«Je tiens à témoigner mon soutien au monde agricole et à apporter des réponses très claires face aux changements climatiques, épisodes de sécheresse, de canicule, puis d’orages qui ne cessent de se multiplier », a indiqué le ministre de l’Agriculture, le 14 août.

En déplacement dans deux exploitations de Haute-Garonne, Julien Denormandie a annoncé la mise en œuvre des mesures habituelles et esquissé le contenu agricole du plan de relance. « Nous allons veiller à ce que le versement de l’acompte de la Pac soit maximisé et atteigne le niveau le plus haut possible. Nous avons aussi décidé hier, avec Olivier Dussopt, ministre chargé des comptes publics, qu’un dégrèvement sur la taxe foncière non bâtie serait accordé aux agriculteurs­, sur tous les territoires éligibles aux calamités agricoles (NDLR : Fonds national de gestion des risques). » Des mesures déjà évoquées début août avec la FNSEA et l’AGPB (1) qui demandait un plan d’urgence.

Sur le long terme, Julien Denormandie a assuré que le plan de relance du gouvernement, qui sera annoncé le 25 août, comprendra un important volet agricole (protection contre les orages de grêle, contre la chaleur dans les bâtiments…).

L’enjeu de l’eau

« Une meilleure gestion de l’eau est également un enjeu très important », a-t-il précisé, promettant une simplification des procédures pour les projets de retenues d’eau dans les territoires. Une demande formulée à diverses reprises par plusieurs syndicats (lire en p. 16).

Enfin, le plan de relance gouvernemental « mettra le paquet » sur le développement des circuits courts avec la création de halles, d’outils de stockage et l’arrêt des fermetures d’abattoirs. « Je suis un énorme défenseur des circuits courts et de l’agroécologie, a conclu Julien Denormandie, mais l’exportation est aussi importante. Nous ne devons pas opposer les deux systèmes. »

F. Jacquemoud

(1) Association générale des producteurs­ de blé et autres céréales.