Le 1er juin au Puy-du-Fou (Vendée), le Syndicat national des labels avicoles de France (Synalaf) a fêté ses 50 ans d’existence et de lutte pour la promotion de produits label, IGP et bio. Une belle occasion pour son président, Éric Cachan, de rappeler que le « triptyque qualité-élevage fermier-IGP » porté par le Synalaf depuis ses origines, « répond aux attentes actuelles des consommateurs » en termes de qualité, d’environnement, de bien-être animal et de production locale.

« Les volailles label rouge offrent un produit très haut de gamme, sans équivalent ailleurs dans le monde, à un prix accessible pour le consommateur », rappelle Marie Guyot, directrice du Synalaf. La part de marché de ces filières le prouve, puisqu’aujourd’hui, « un quart des poulets achetés en France et des œufs coquille achetés en grande surface sont label ou bio, précise Éric Cachan. Pour autant, il nous faut renforcer notre présence sur trois secteurs : la découpe, la restauration hors domicile et l’export vers l’Europe du Nord (voir page 7). »

Elsa Casalegno