La Fédération des commerçants en bestiaux (FFCB) a acté le fait de déduire aux éleveurs le coût des analyses PCR des broutards et veaux nourrissons à destination de l’Espagne, à partir du lundi 21 août.

« Depuis le 1er juillet 2016, la situation du commerce de veaux nourrissons et des broutards vers l’Espagne est devenue critique, affirme la FFCB dans un communiqué diffusé le 11 août. Le coût des tests PCR, dans le cadre du protocole FCO France-Espagne, est à la charge de l’exportateur français depuis cette date. À ce coût s’additionnent ceux de la main-d’œuvre et des difficultés logistiques liées au temps passé pour effectuer les prises de sang. Cette situation a pour conséquence d’annihiler la compétitivité des opérateurs français et met en difficulté de nombreuses entreprises. »

La FFCB déplore « l’immobilisme de la filière pour vacciner les cheptels contre la FCO », et ce malgré l’engagement de plusieurs fédérations en faveur d’actions pour dynamiser le processus.

Mot d’ordre national

« Une cinquantaine de nos adhérents travaillent avec l’Espagne et pèsent la majeure partie des volumes, expose Sylvain Bleubar, le directeur de la FFCB. Si chaque entreprise reste libre de ses choix, notre objectif est que la consigne de retenir 20 € par animal nécessitant une analyse PCR soit suivie par tous. »

Valérie Scarlakens