Patience est le maître mot, afin de modifier le cahier des charges d’un signe officiel de la qualité et de l’origine (SIQO). « Pour le label rouge qui est un signe franco-français, entre six et douze mois sont nécessaires », assure Marie Guittard, directrice générale de l’Institut national de la qualité et de l’origine (Inao).

Pour les SIQO placés sous la responsabilité de la Commission européenne (AOP, IGP et STG), le délai atteint 18 à 24 mois, avant la validation par Bruxelles du nouveau cahier des charges.

« Si la procédure est aussi longue, c’est en raison de l’importance des enjeux liés à une telle démarche, poursuit la directrice de l’Inao. La modification d’une zone de production peut par exemple engendrer une forte variation de la valeur d’une exploitation agricole. Les textes des cahiers des charges sont donc minutieusement vérifiés, afin d’éviter tout contentieux et tout litige. Il est également nécessaire d’établir la contrôlabilité des nouvelles règles inscrites, afin d’assurer le respect des engagements pris par les organismes de gestion vis-à-vis des consommateurs. »