Le taux actuel proposé par les banques est faible. En zone de plaine, les exploitants peuvent en effet souscrire des prêts non bonifiés à des conditions plus favorables que celles proposées par l’État dans le cadre de ces prêts bonifiés. Une réflexion entre le ministère de l’Agriculture, JA, les banques et l’Association des Régions de France (ARF) est en cours afin de rendre le système plus efficace.