À la suite de la parution des chiffres de l’Insee, la FNSEA s’inquiète du revenu des agriculteurs et précise que la moitié des exploitations françaises afficheraient un résultat nettement inférieur à celui de celles des pays voisins. Le syndicat majoritaire considère le plan de relance comme « un premier pas » pour remettre l’agriculture française dans une situation compétitive. La Coordination rurale se veut plus sceptique sur l’efficience de celui-ci, considérant qu’il oblige les agriculteurs à continuer de « suremprunter pour survivre ».