En 2018, le zonage et les modalités d’accès à l’ICHN restent inchangés. Les surfaces éligibles à l’ICHN animale (jusqu’à 75 ha) sont celles déclarées en prairies et cultures fourragères (y compris légumineuses bénéficiant d’aides couplées) pour lesquelles l’attribut « commercialisé » n’a pas été coché, et celles déclarées en céréales (y compris maïs ensilage) ou mélanges céréaliers pour lesquelles l’attribut « autoconsommé » a été coché. En montagne, l’ICHN végétale peut être demandée pour les céréales commercialisées (50 ha maximum).

Aucune évolution n’est prévue cette année sur le montant. Le budget de l’ICHN est censé être assuré jusqu’en 2020 grâce au transfert de crédits du premier pilier. Toutefois, ce budget s’entend à enveloppe constante : selon le nombre de bénéficiaires (connu en fin de campagne), un stabilisateur pourra être appliqué. Le bouleversement viendra en 2019 avec l’application du nouveau zonage et de grandes inconnues budgétaires.