L’inventaire mobilier, pratiqué depuis le XVe siècle, offre aux parties prenantes un instrument de référence et d’arbitrage. Bétail et train de culture (1), stocks de grains et fourrages, avances à la terre, créances commerciales sont successivement passés en revue. Ces inventaires mobiliers sont dressés par les notaires lors de la rupture de la communauté des exploitants. Le plus souvent, il s’agissait...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !