Après avoir été retenu par le gouvernement, le projet de loi de finances pour 2023 (PLF 2023) est désormais entre les mains des sénateurs. Ces derniers examineront le 30 novembre les comptes alloués à la mission en charge de l'agriculture. L’occasion pour certains d’entre eux de proposer certaines mesures en soutien à l’agriculture biologique.

Soutenir la communication

Plusieurs amendements, soutenus par le groupe Socialiste, écologiste et républicain (SER), le Rassemblement démocratique, social et européen (RDSE), ou encore du groupe Écologiste visent à abonder le budget affecté aux actions de communication en faveur de l’agriculture biologique.

Des amendements qui répondent en partie à la demande de la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab) qui réclame un budget de 1,5 million d’euros afin que l’Agence bio puisse poursuivre sa campagne de communication #BioRéflexe.

De son côté, le groupe SER propose de rallonger de 9 millions d’euros le budget de l’Agence bio afin de financer ses actions de communication et de soutenir le développement territorial du bio. Au RDSE et chez les Écologistes, les sénateurs demandent une rallonge budgétaire de 20 millions d’euros et un travail politique interministériel pour soutenir la demande.

Une aide aux exploitants

Les sénateurs Écologistes proposent également une série d’amendements en soutien aux exploitants bio. Sur le même modèle que l’aide à la filière porcine débloquée dans le projet de loi de finances rectificatif pour 2022, les sénateurs proposent de débloquer une aide spécifique aux producteurs bio en difficulté pour un budget total de 75 millions d’euros.

Ils rappellent aussi que les objectifs de la loi Egalim en matière d’approvisionnement en produits bio n’ont pas été atteints. Les sénateurs suggèrent de créer une aide de 125 millions d’euros pour favoriser l’approvisionnement des cantines en produits bio et locaux. A cette aide, doit s’ajouter un financement d’urgence de 566 millions d’euros à destination des restaurants collectifs, privés et publics, pour continuer de proposer une offre bio malgré le contexte inflationniste.

Enfin, les écologistes ont déposé deux amendements pour créer une aide au maintien spécifique au bio, pour un budget de 20 millions d’euros, ainsi que le déblocage d’une enveloppe de 5 millions d’euros allouée spécifiquement à la recherche et l’innovation en agriculture biologique. Les sénateurs se pencheront dans la soirée sur ces amendements.

"Travailler sur la demande", selon le ministre

Interrogé sur la situation des producteurs bio à l’Assemblée nationale, le 29 novembre 2022, le ministre de l’Agriculture a rappelé l’augmentation des crédits alloués à la conversion au bio, au travers du plan ambition bio. Le crédit d'impôt bio est également revalorisé à partir de 2023, "de 109 millions d’euros en 2023 contre 75 millions d’euros", a précisé Marc Fesneau.

"Nous avons besoin de travailler sur la demande, a conclu le ministre de l'Agriculture. De faire en sorte que dans une stratégie de communication, nous puissions montrer les vertus de l’agriculture biologique dans le modèle agricole français."