Une centaine d’agriculteurs et une vingtaine de tracteurs ont bloqué le dépôt de pétrole de Lespinasse, au nord de Toulouse, dans la matinée du mercredi 16 mars 2022. Ils se sont rassemblés à la suite de l’appel à manifestation lancé la veille par le syndicat des Jeunes Agriculteurs d’Occitanie.

Le plan de résilience, un espoir pour les syndicats

Ils réclament notamment :

  • Un blocage du prix du GNR (Gaz non routier) à 1 euro ;
  • Une exonération des charges patronales ;
  • Des aides directes de l’État (comme ce fut le cas durant la crise sanitaire de Covid-19).

 

De son côté, la FNSEA a aussi fait part de ses revendications dans un communiqué de presse du mardi 15 mars. Elle réclame notamment l’ouverture « dès que possible » de la campagne de remboursement de la TICPE, l’anticipation des remboursements sur les consommations de 2022 et un abaissement du reste à charge du GNR agricole.

 

Les manifestants, comme la FNSEA, attendent donc avec impatience les annonces de Jean Castex, prévues ce mercredi. Ils espèrent, en particulier, beaucoup du plan de résilience qui doit permettre à la France d’affronter les conséquences de la guerre menée en Ukraine par la Russie.

 

> À lire aussi : La remise de 15 centimes concerne aussi le GNR (14/03/2022)

Une manifestation qui pourrait durer plusieurs jours

Faute d’accord, ce blocage pourrait durer jusqu’à dimanche 20 mars 2022. En effet, Romain Deloustal, président des Jeunes Agriculteurs d’Occitanie, explique que le syndicat prévoit « une montée en puissance avec des arrivées successives jusqu’à dimanche ».

 

Pour maintenir la pression, les remorques des tracteurs sont pleines et les agriculteurs se préparent à occuper les lieux pendant plusieurs jours.

 

> À lire aussi : La Coordination rurale veut plafonner le prix du GNR (15/03/2022)