Dans un communiqué du 8 mars 2022, la Coordination rurale demande à l’État « de faire bénéficier aux agriculteurs des mêmes exonérations fiscales que celles déjà accordées aux marins pêcheurs en matière de gasoil non routier (GNR) ».

Une fois les cuves vides, nombre d’agriculteurs vont choisir ou être contraints de réduire leur activité

En effet, selon le syndicat et en raison du conflit ukrainien, le GNR est passé de 850 €/m³ l’an dernier à 1 300 €/m³ le 3 mars 2022 et 1 670 €/m³ actuellement. « Les agriculteurs ne parvenaient déjà pas à couvrir leurs coûts de production, leurs trésoreries sont exsangues, ils ne pourront pas s’approvisionner avec de tels prix et continuer à payer la main-d’œuvre, insiste la Coordination rurale. Une fois les cuves vides, nombre d’agriculteurs vont choisir ou être contraints de réduire leur activité ».

 

Toujours selon le syndicat, dans certaines régions, le manque de GNR se traduit aussi par des rationnements comme en Île-de-France et en Vendée ou même par une impossibilité de passer commande. « Il y a un vrai risque d’amplifier la crise et d’aboutir sur une crise alimentaire. »