Dans un communiqué commun, le Copa-Cogeca, syndicat européen des exploitants agricoles et des coopératives, l'association européenne des transformateurs de l'industrie alimentaire (Primary food procesors) et Food Drink Europe alertent sur la situation de nombreux opérateurs de la filière agroalimentaire qui ont de plus en plus de mal à maintenir l'activité de leurs entreprises face à la hausse des nombreuses charges. Gaz naturel, électricité, engrais, carburant de transport, emballage et main-d'œuvre externe, tous ces postes augmentent, s'inquiètent les trois associations dans un communiqué du 9 septembre 2022.

« Les coûts de production du secteur agroalimentaire européen ont considérablement augmenté. Les dernières hausses des prix de l'énergie, notamment du gaz naturel et de l'électricité, menacent la continuité des cycles de production agroalimentaire et donc la capacité à continuer à livrer les produits essentiels, matières premières agricoles, denrées alimentaires et matières premières pour les aliments pour animaux », insistent les signataires du communiqué.

Covid, guerre en Ukraine et météo extrême

La situation d'inflation post-Covid a été amplifiée par l'invasion russe en Ukraine et « un contexte d'événements météorologiques extrêmes » qui « ont un impact majeur sur l'agriculture et les entreprises de l'agroalimentaire », font savoir les trois organisations. Le secteur agroalimentaire a besoin « de certitudes quant à l'accès à l'énergie et à des prix stables » et l'UE doit s'assurer que les États membres donnent la priorité au secteur agroalimentaire dans leurs futurs plans de rationnement du gaz, poursuivent-elles.

Les trois organisations espèrent se faire entendre des ministres qui se réunissent en conseil de l'énergie extraordinaire, ce 9 septembre 2022, et de la présidente von der Leyen qui doit prononcer son discours de sur l'état de l'Union au Parlement européen, la semaine prochaine.