Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a rencontré, ce 26 août 2022, son homologue espagnol, Luis Planas, à Madrid. L’occasion pour les deux ministres de préparer la future présidence espagnole de l’Union européenne, qui débutera, pour six mois, au second semestre de 2023.

Vision partagée

« Sur bien des points de vue, nous partageons beaucoup de visions de court et moyen terme », a observé Marc Fesneau. Le ministre de l’Agriculture espagnol a détaillé cinq sujets qui seront parmi les priorités de son pays lors de ce temps fort politique.

 

L’Espagne va plancher sur les indications géographiques protégées (IGP) qui sont une spécificité européenne à préserver, selon Luis Planas. Au menu également, la question de la réduction de l’utilisation des pesticides pour laquelle le ministre espagnol a mis l’accent sur la nécessité de solutions alternatives pour les agriculteurs. Une position partagée par Marc Fesneau qui estime que l’Union européenne doit fournir « un cadre qui tout en réduisant les pesticides, offre des solutions ».

Approfondir la question des clauses miroirs

La réglementation sur l’étiquetage de l’origine des denrées alimentaires, celle sur les nouvelles techniques de sélection génomiques (NBT), et la question des échanges commerciaux sont d’autres sujets avancés par le ministre espagnol.

 

Pour le dernier, il a indiqué défendre, comme la France, « le principe de réciprocité » des normes et la mise en place de clauses miroirs dans les échanges internationaux. « Un cadre est posé, on nous a expliqué que c’est possible et on a besoin d’approfondir sur la question des clauses miroirs », a ajouté Marc Fesneau.

Poursuivre le travail de collaboration

Force est de constater que plusieurs sujets convergent avec ceux portés par la France lors de sa présidence au début de 2022. Le ministre français a indiqué qu’il souhaitait « poursuivre un travail de collaboration et de convergence des points de vue ».

 

Il a souligné l’importance du calendrier. « La présidence espagnole sera la dernière présidence qui va pouvoir produire des textes et des règlements pour nombre de sujets en discussion en ce moment », selon Marc Fesneau.

 

> À lire aussi : Union européenne, la France rallie sur la réciprocité des normes et le carbone (18/01/2022)