À l’heure où le plan stratégique national (PSN), déclinaison française de la prochaine politique agricole commune (Pac), est en négociation au ministère, la Coordination rurale (CR) annonce ses priorités.

Sur les bénéficiaires de la Pac : ne pas être trop restrictif

La CR défend une définition du statut de l’agriculteur « la plus simple et ouverte possible ». Ainsi, « est agriculteur toute personne exerçant une activité agricole et qui assume les risques, paye ses assurances, ses charges et prend les décisions ».

 

Le syndicat défend la notion de « nouvel installé » qui intègre les « jeunes » et plus largement les « créateurs de nouvelles entreprises ». La CR propose que les aides à l’installation soient ouvertes aux plus de 40 ans et aux profils en reconversion.

Sur les aides directes du premier pilier : ne pas bouger

La CR souhaite stabiliser la convergence des aides à son niveau actuel (70 %) et conserver le paiement redistributif sur les 52 premiers hectares, sans toucher aux aides couplées. Selon elle, le taux de transfert du premier vers second pilier doit rester de 7,5 %. La CR est en outre défavorable au plafonnement des aides.

Sur les exigences environnementales : ne pas complexifier

Sur la conditionnalité, le syndicat veut éviter toute surtransposition des normes européennes. Pour les écorégimes, la CR demande des mesures simples et se dit « très réservée » quant à la validation des écorégimes sur les certifications, surtout si celles-ci se résument à l’agriculture biologique et la HVE.

 

> À lire aussi : Future Pac : La Coordination rurale dit stop à la surtransposition environnementale (14/01/2021)

Sur le second pilier (développement rural) : à revoir

La CR demande la suppression des aides à l’assurance. Elle réclame également la « sanctuarisation » de l’enveloppe pour l’ICHN, sans modification cadastrale. Concernant les

MAEC, elle milite pour un budget équivalent et une simplification des mesures. Pour l’agriculture bio, le syndicat propose une aide à la conversion tendue à cinq ans, mais pas d’aide au maintien.