Toutes les entreprises, quelles que soient leur taille ou leur activité, pourront bénéficier d’un délai supplémentaire pour commencer le remboursement de leur prêt garanti par l’État (PGE).

 

À lire aussi :Reconfinement, les spécificités pour l’agriculture (03/11/2020)

Annonce ministérielle

Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a annoncé, le 14 janvier 2021 de nouveaux ajustements pour les mesures de soutien aux entreprises mises en place dans le cadre de la crise du Covid-19.

 

Un délai d’un an supplémentaire est accordé aux entreprises pour commencer le remboursement de leur PGE. Ainsi, une entreprise qui a contracté un PGE en avril 2020 et qui devait commencer son remboursement en avril 2021, aura jusqu’en avril 2022 pour le faire.

Les conditions

Le montant du prêt ne peut dépasser 25 % du chiffre d’affaires ou 2 ans de masse salariale pour les entreprises en création. La souscription d’un PGE est possible jusqu’au 30 juin 2021.

 

La garantie de l’État couvre 90 % du montant du capital (pour les entreprises de moins de 5 000 salariés et de moins de 1,5 milliard de chiffre d’affaires), intérêts et accessoires restant dus de la créance.

Sur 6 ans au maximum

La durée totale du prêt ne doit pas excéder 6 ans. C’est-à-dire que dans le cas du prolongement du différé de remboursement d’un an supplémentaire, les échéances de remboursement devront être étalées sur 4 ans. Les banques se sont engagées à appliquer un taux maximal de 1 à 2,5 %, en fonction de la durée du remboursement.