, alors même que leurs pratiques sont néfastes pour les paysans, les citoyens, l’environnement et le bien-être animal », dénonce Mathieu Courgeau, président de la plateforme organisatrice.

 

 

Plus largement, ce qu’il met en cause à travers ces cinq exemples, c’est tout « le modèle agro-industriel encouragé par l’actuelle Pac ». Avertis de la campagne, les groupes cités dans le rapport n’auraient pas réagi, précisent les organisateurs.

Interpeller le ministre Julien Denormandie

La plateforme « Pour une autre Pac », qui regroupe 44 organisations paysannes, environnementales et citoyennes, entend mobiliser fortement dans l’opinion publique pour influer sur les décideurs politiques, à l’heure où se tiennent les négociations sur le plan stratégique national (PSN), la déclinaison française de la prochaine Pac.

 

Depuis son site internet, le collectif appelle les citoyens à interpeller le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, par mail, sur les réseaux sociaux ou par courrier.

Porte-voix des débats ImPACtons

Les organisateurs sont confortés par les résultats de la consultation nationale « ImPACtons », qui confirment, selon Mathieu Courgeau, « les fortes attentes citoyennes pour un modèle plus juste, rémunérateur des paysans, préservant l’environnement, le bien-être animal et une alimentation saine et locale ».

 

À lire aussi : Débat « ImPACtons : les 1 000 propositions des Français pour la future Pac (08/01/2021)