« Plus près de vous et de vos goûts », c’est la bannière qui sera apposée par tous les distributeurs sur les produits frais et locaux, à partir de février prochain. Leclerc, Carrefour, Intermarché Netto, Système U, Auchan, Casino, Monoprix et Franprix, Lidl, Cora supermarchés et Match, ainsi que Aldi France : tous les acteurs de la grande distribution ont signé le 9 novembre 2020, sous l’égide du ministère de l’Agriculture, une charte d’engagements sur la mise en avant des produits frais et des produits locaux.

 

Le projet est porté par le ministre de l’Agriculture. « La charte vise à permettre à la grande distribution de mettre en valeur les produits frais et les produits locaux et à donner au consommateur citoyen la possibilité de faire un choix dans son acte d’achat », a argumenté Julien Denormandie ce lundi lors d’une visioconférence.

30 000 points de vente concernés

« Cela représente près de 30 000 points de vente », se félicite le ministre. Le logo commun permettra « à tous ces produits d’être repérables ». Il vise à donner une information claire mais pas à se substituer au visuel des labels existants. Julien Denormandie précise que des actions de mise en avant et d’animation précise seront discutées avec les interprofessions (1). Ces dernières se félicitent de cette initiative.

Des propositions d’affiches réalisées par Interfel.
Des propositions d’affiches réalisées par Interfel.

 

Avec cette charte les distributeurs s’engagent aussi à « améliorer la transparence de l’origine des produits. La mention « transformé ou élaboré en France » ne sera plus utilisée dans le cas où les denrées ne proviennent pas de France pour les produits « que maîtrisent les enseignes », c’est-à-dire essentiellement pour les marques de distributeurs.

 

Interrogé sur la définition d’un produit local, Julien Denormandie a rappelé qu’il n’existe pas de telle définition mais que la charte vise les produits français et régionaux. « Nous n’aurons pas une approche au kilomètre mais en termes de proximité appréciée par le consommateur. Est-ce que la pomme de terre de Noirmoutier est considérée comme un produit local en Alsace, je pense que oui », a illustré le ministre.

Décliner l’initiative

L’initiative devrait être mise en avant sur les prospectus des enseignes le plus rapidement possible, et dans les rayons en février 2021. « C’est une dynamique qui est absolument nécessaire pour les Français, je fais le choix politique d’en faire la promotion, mais cela nécessite que chacune et chacun puissent y avoir accès », défend Julien Denormandie.

 

Cette initiative vise à être étendue au fur et à mesure à l’ensemble des acteurs de la filière agroalimentaire. Le ministre a confié vouloir la décliner dans la restauration hors domicile, auprès des transformateurs, et auprès des petits commerçants indépendants.

 

 

Le grand combat de la RHD

Le matin même sur Europe 1, Julien Denormandie martelait déjà son objectif concernant la restauration hors domicile. « J’ai un grand combat : que ces produits frais et locaux, on les mette dans nos cantines, a déclaré le ministre. Dans le plan de relance, on va mettre 50 millions d’euros dans la promotion des produits frais et locaux dans les cantines. »

 

L’occasion également pour le ministre de rappeler l’importance de « mettre fin à la guerre des prix » et d’avoir « une transparence des marges » pour augmenter la rémunération des agriculteurs. Un élément essentiel, selon lui, pour relever le défi du renouvellement des générations agricoles. Il reste à savoir si un logo commun suffira à faire renaître l’esprit des États-généraux de l’alimentation comme le souhaite le ministre.

 

À lire aussi :Relations commerciales, les sons de cloches diffèrent (30/10/20)

(1) Les interprofessions de la pomme de terre (CNIPT), de la viande porcine et des produits de charcuterie (Inaporc), France brebis laitière (FBL), de la viande bovine, ovine, veau, équine et caprine (Interbev), de la volaille (Anvol), de la pisciculture (CIPA) et de la pêche (FFP), des oeufs (CNPO), du lait de vache (Cniel), des fruits et légumes (Interfel), du foie gras (Cifog), du lait de chèvre (Anicap) et du lapin de chair (CLIPP).