Le ministère de la Transition écologique a ouvert à la consultation publique trois projets d’arrêtés relatifs aux chasses traditionnelles pour la campagne de 2022-2023. Elle se termine le 10 août 2022.

Une publication suspendue au jugement du Conseil d’État

Les deux premiers fixent le nombre maximal d’alouettes des champs pouvant être capturées à l’aide de matoles dans les Landes, le Lot-et-Garonne et à l’aide de pantes en Gironde, dans les Landes, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques.

 

Le troisième projet porte sur le nombre de maximum de prélèvements autorisés de vanneaux huppés et de pluviers dorés à l’aide filets dans les Ardennes.

 

Le ministère a prévenu que la publication de ces arrêtés dépendra également de l’issue du contentieux en cours sur les arrêtés relatifs à ces quotas pour la campagne de 2021-2022.

 

Les projets d’arrêtés ont reçu le 20 juillet 2022 le vote favorable du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, comité consultatif rassemblant des représentants de chasseurs, des acteurs scientifiques et associatifs.

La LPO s’y oppose

La Ligue de protection des oiseaux (LPO) a réagi à l’ouverture de la consultation dans un communiqué du 26 juillet. Elle a invité « ses sympathisants à s’y opposer fermement » et a déclaré qu’elle envisageait des recours juridiques afin de suspendre et de faire annuler ces arrêtés dès leur publication.