La forte période d’ inflation que connaît actuellement le pays pèse inévitablement sur les achats des Français. En effet, les prix grimpent et les consommateurs sont contraints de regarder à la dépense.

 

Interviewé sur RTL le 18 juillet 2022, Didier Duhaupand, le patron du groupe « Les Mousquetaires », s’est exprimé sur les solutions qu’ont les distributeurs pour lutter contre l’inflation et rendre du pouvoir d’achat aux consommateurs.

 

Selon lui, une mesure simple pour redonner du pouvoir d’achat aux Français serait « d’abroger ou de suspendre une loi qui est n’est vraiment pas faite pour les circonstances », à savoir la loi Egalim.

 

> À lire aussi : Le chèque alimentaire est renvoyé à la loi de finances (21/06/2022)

Une loi « détournée de son objet par les grands industriels »

« Cette loi Egalim, c’est une loi qui nous contraint dans les négociations et qui nous oblige, par exemple, à prendre une marge minimum », affirme Didier Duhaupand. Ayant au départ pour objectif d’améliorer le prix payé aux agriculteurs, cette loi a ensuite « été détournée de son objet par les grands industriels lors de [son] établissement », ajoute-t-il.

 

Pour lui, la loi Egalim empêche actuellement les distributeurs de « négocier suffisamment auprès des grands groupes industriels internationaux qui sont ceux qui font vraiment peser une inflation [et qui] abusent de la situation en prétextant la guerre en Ukraine, les difficultés du transport… »

 

> À lire aussi : Bruno Le Maire lance la chasse aux profiteurs de la crise (04/07/2022)

Une loi en marge de la situation actuelle

Du côté des enseignes de la grande distribution, Didier Duhaupand estime le principal point qui pose un problème dans la loi Egalim est l’obligation de prendre une marge minimum de 10 % sur les produits.

 

« Si pendant quelques mois, cette loi Egalim était suspendue, nous pourrions immédiatement, dans nos Intermarché [et] nos Netto, baisser les prix sur les produits d’usage courant […] de 10 % et répondre à la problématique des consommateurs qui, en effet, s’inquiètent », explique Didier Duhaupand.

« Pendant cette période exceptionnelle, il faut prendre des mesures exceptionnelles »

Au passage, le président du groupe « Les Mousquetaires » rappelle que la loi Egalim avait pour but de lutter contre la déflation et qu’elle se trouve donc à la marge de la situation actuelle qui est une période d’inflation. Selon lui, « pendant cette période exceptionnelle, il faut prendre des mesures exceptionnelles ».

Réponse du ministre de l’Agriculture à la grande distribution

Face aux problèmes soulevés par les distributeurs, le ministre répond que la loi Egalim pose effectivement des problèmes mais « qu’il a une certaine pression des grands industriels d’un côté et puis, et c’est normal, des agriculteurs et des éleveurs de l’autre qui eux sont très inquiets », énonce Didier Duhaupand.

 

Si la situation est favorable aux céréaliers aux vues des prix élevés, « c’est beaucoup plus compliqué, et nous sommes à leurs côtés, pour ceux par exemple qui sont dans l’élevage ou dans les produits laitiers où le prix de l’aliment pour animaux a beaucoup monté, notamment dû aux céréales » précise-t-il.

 

Pour aider les filières les plus impactées, Didier Duhaupand indique que les distributeurs ont réévalué les prix de certains produits tels que les œufs ou la volaille.

 

> À lire aussi : « C’est la spéculation qui fait augmenter les prix des matières premières » (28/04/2022)