La proportion est en hausse de 3,4 points par rapport à 2015, l’OTA ne disposant pas de données comparables plus anciennes. L’étude a été réalisée auprès de 100 000 foyers résidant dans 48 des 50 États américains continentaux, Hawaï et l’Alaska n’ayant pas été pris en compte.

Le Washington en tête

L’État le plus amateur de nourriture bio est le Washington, où 91,6 % des résidents achètent régulièrement des aliments estampillés « organic », selon le terme anglais. Plusieurs autres États de l’Ouest, la Californie, l’Oregon, le Wyoming et le Colorado, sont également à 90 % au moins.

Les États les moins consommateurs de bio sont pour beaucoup situés dans le Midwest, où se trouvent les régions les plus agricoles du pays. Le Dakota du Sud arrive en dernière position, avec 68,9 % d’acheteurs réguliers d’aliments issus de l’agriculture biologique.

 

39,7 milliards de dollars de chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires de l’agriculture biologique aux États-Unis a atteint 39,7 milliards de dollars en 2015, en hausse de 11 % par rapport à l’année précédente. Cela représente environ 5 % des ventes totales d’aliments sur la même période, selon l’OTA.

 

Plus d’un tiers des ventes portait sur les fruits et légumes (36,3 %), suivis par les produits laitiers (15,1 %). La viande et le poisson ne représentaient en revanche que 2,1 % du chiffre d’affaires du bio aux États-Unis.

AFP