«Les nouveaux index d’aptitude bouchère jeunes bovins seront regardés de près par les éleveurs qui engraissent des taurillons. Ils n’hésiteront pas à écarter les taureaux défavorables sur ce critère. Le produit viande n’est pas à négliger. Nous l’estimons supérieur de 30 €/1 000 l en montbéliarde, par rapport à une race purement laitière. Aussi, nous travaillons sur l’évaluation génétique des aptitudes bouchères en vaches de réforme, pour compléter les index existant pour les veaux de boucherie et les jeunes bovins. Nous nous penchons également sur l’importance des index viande dans l’Isu. Aujourd’hui, ils ne représentent que 5 % de l’index morphologie, lui-même comptant pour 12 % dans l’Isu. »