«Les agriculteurs que nous recevons sont principalement motivés jusqu’ici par un besoin de trésorerie pour faire face à un problème conjoncturel, un accident sanitaire, par exemple. D’autres recherchent à dégager de la trésorerie tout en conservant l’usage de leurs terres. Ce qui est important, c’est de bien comprendre que l’exploitant peut ainsi mobiliser du capital, sans toucher aux moyens de production. Il en garde la maîtrise.

Ce système permet un accès pérenne au foncier puisque c’est la coopérative Terrafine qui est le bailleur. Il permet aussi une transmissibilité du bail à son éventuel successeur. Enfin, il apporte un soutien au développement des territoires ruraux, dans leurs dimensions économique et sociale. »

(1) Associé cofondateur de Terrafine avec Yves Séité. www.terrafine.fr