Des prix trop bas pratiqués par certains agriculteurs déstabilisent le marché. Pour qu’une activité en entreprise soit pérenne, il est nécessaire de prendre en compte plusieurs facteurs, comme l’amortissement du matériel, l’assurance, les taxes et, surtout, le temps de main-d’œuvre improductif (entretien, déplacement…). Pour se guider dans la construction du tarif, le barème d’entraide est un bon support. Il faut ajouter environ 20 % pour intégrer tous les facteurs. Un simulateur est disponible auprès de la Fédération nationale des entrepreneurs des territoires. Par exemple, pour le prix d’une prestation de récolte de blé, il faut additionner le coût de la machine selon le barème d’entraide (1), carburant inclus : 70-75 €/ha, celui de main-d’œuvre, en comptant les temps improductifs avec un débit de chantier moyen de 2,3 ha/h, soit 13 €/ha, et la marge bénéficiaire d’environ 10 %, mais qui peut être réduite à 5 % selon les prix du marché (8-9 €/ha). Au total, le chantier de récolte serait proposé ici à 91-97 €/ha.

(1) APCA.