Un laboratoire dédié à la recherche sur la pollinisation : c’est ce dont dispose Syngenta, depuis avril 2018, sur son site de production de semences de Lombez, dans le Gers. L’objectif de ce centre est de comprendre les paramètres en jeu, afin d’optimiser la production de semences hybrides, et de transférer les connaissances aux agriculteurs. « L’idée est de proposer des ruptures technologiques et des solutions innovantes », indique Isabelle Besse, responsable du site, qui a nécessité un investissement de 1,5 million d’euros.

Évaluer l’impact des pratiques agricoles

Six permanents y travaillent, étudiant notamment la qualité et la quantité de pollen émis par les grandes cultures (orge, blé, maïs, tournesol), et les productions légumières (tomate, poivron, courgette). Le laboratoire est équipé pour évaluer la viabilité des pollens via différentes méthodes, telles que l’observation au microscope, peu coûteuse et rapide, ou la germination in vitro, plus fine. Cela permet, entre autres, d’évaluer l’impact des itinéraires techniques – variétés utilisées, pratiques agricoles… –  sur le pollen.

« À titre d’exemple, il apparaît que le maintien d’une humidité relative sur les parcelles est bénéfique pour le pollen, qui est affecté lors des fortes températures », explique Isabelle Besse.

D’autres processus sont étudiés. « Nous travaillons également sur la synchronisation de la floraison des lignées mâle et femelle, sur le transport du pollen, ainsi que sur la réceptivité stigmatique », poursuit la responsable.

« Pollen Network »

Le centre s’inscrit dans un réseau international de recherche interne à Syngenta, le « Pollen Network », mais est le seul site à bénéficier d’une équipe entièrement dédiée au sujet.

La firme ambitionne de devenir leader dans le domaine de la pollinisation d’ici à 2023.

Hélène Parisot