«Les génisses sont souvent le parent pauvre de l’atelier lait », déplore Murielle Cantin, installée avec son époux Daniel à Pierrefontaine-les-Varans, dans le Doubs, en zone à comté. Tous deux accordent, à l’inverse, beaucoup d’importance à leurs veaux. Car « même si les bénéfices ne sont pas visibles rapidement, contrairement aux soins accordés aux laitiè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

La canicule perturbe les mouvements d’animaux

Canicule oblige, le transport d’animaux vivants dans l’Hexagone est interdit entre 13 h et 18 h. L’interprofession du bétail et des viandes préconise « l’adaptation des horaires de tous les opérateurs de la filière ainsi que ceux des transporteurs, afin de gérer au mieux cette période entre les différents maillons. » Les difficultés en cette période estivale s’accumulent, alors que la chaleur plombe déjà la consommation de viande.
Votre analyse du marché - Veaux

La vague de chaleur complique les échanges

Alors que les intégrateurs tendent à réduire leur demande pour les mises en place de février, l’activité est fortement impactée par la canicule. Le marché de Lezay a ouvert ses portes très tôt ce matin (3 h 30) afin que les veaux arrivent dans les ateliers d’engraissement avant les pics de chaleur.