«Les génisses sont souvent le parent pauvre de l’atelier lait », déplore Murielle Cantin, installée avec son époux Daniel à Pierrefontaine-les-Varans, dans le Doubs, en zone à comté. Tous deux accordent, à l’inverse, beaucoup d’importance à leurs veaux. Car « même si les bénéfices ne sont pas visibles rapidement, contrairement aux soins accordés aux laitiè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les prix des réformes laitières se stabilisent

Le temps très sec de ces dernières semaines met à mal les prairies les plus sensibles. Résultat, les herbagers commencent à vendre, notamment leurs laitières finies. Les abatteurs, dont les besoins restent réguliers, couvrent plus facilement leurs besoins sur cette semaine écourtée. Les prix des réformes laitières se stabilisent tandis que ceux des allaitantes poursuivent leur hausse.
Votre analyse du marché - Veaux

Pas de solution pour le veau de boucherie

La pandémie de Covid-19 a engendré de vraies difficultés au sein de la filière veau. Sans la reprise de la restauration hors foyer (RHD), les opérateurs sont dans l’impasse. Les stocks des principaux pays producteurs en Europe s’alourdissent dans les ateliers, mais aussi dans les chambres froides. Les veaux lourds et vieillissants sont bradés sur les pays tiers pour faire de la place dans les ateliers.