«Les génisses sont souvent le parent pauvre de l’atelier lait », déplore Murielle Cantin, installée avec son époux Daniel à Pierrefontaine-les-Varans, dans le Doubs, en zone à comté. Tous deux accordent, à l’inverse, beaucoup d’importance à leurs veaux. Car « même si les bénéfices ne sont pas visibles rapidement, contrairement aux soins accordés aux laitiè...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le couvre-feu pénalise les pièces nobles

En semaine 42 [du 12 au 18 octobre], 63 500 animaux ont été abattus, un bon niveau favorisé par la descente des estives dans les régions montagneuses. Les restrictions sanitaires contraignent les industriels à se mettre en permanence au diapason. Le couvre-feu conduit à la fermeture de certains restaurants et prive ainsi le marché d’un débouché indispensable pour écouler certaines pièces bouchères. De nouveaux déséquilibres matière sont constatés, avec un accroissement des stocks d’aloyaux.
Votre analyse du marché - Veaux

Les cours se stabilisent

Après les fortes baisses constatées ces dernières semaines, les tarifs se sont stabilisés. Les intégrateurs mettent davantage de veaux en place. Les cotations des veaux laitiers semblent avoir atteint un plancher.