Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Dossier Raisonner le recours aux tests génomiques

réservé aux abonnés

 - -->
Prélèvements. Un technicien réalise les prélèvements.Les résultats sont connus un à deux mois plus tard. Le coût de l’opération varie selon les prestataires. © S. Champion

Si les index génomiques sécurisent le renouvellement, leur utilisation systématique n’est pas toujours rentable.

En affinant la connaissance du potentiel d’une génisse, la génomique permet de trier plus sûrement les futures reproductrices. Le programme Eco génomique (2015-2017) a mesuré les impacts techniques et économiques des tests génomiques sur la voie femelle.

Une première expérimentation porte sur le classement de 157 génisses issues de 8 exploitations en 5 classes, de la moins bonne à la meilleure pour le renouvellement. Par rapport au tri réalisé à l’œil par un technicien, l’indexation Iboval modifie le classement de la moitié des génisses environ. Parmi les génisses reclassées, la prise en compte des index génomiques aboutit de nouveau au reclassement d’une bête sur deux. « Le classement des animaux jugés dès le départ « très bons » ou « très mauvais » ne varie pas avec la prise en compte des index, constate Vincent Poupin, responsable technique de Bovins croissance Sèvres Vendée Conseils. En revanche, la génomique a un impact sur la répartition du milieu de gamme, et donc sur le choix des femelles à garder. »

Pression de sélection

Ce programme s’est également intéressé à la rentabilité d’une sélection basée sur la génomique. Une simulation a été menée sur un système naisseur de cent vêlages, sur une période de dix ans. Le taux de mortalité des veaux et le nombre de jours de complémentation des broutards sont les deux critères retenus pour juger des impacts technico-économiques.

Avec un taux de renouvellement de 26 %, l’usage des tests permet d’introduire sept génisses amélioratrices en plus par an (sur un total de 28), et d’accélérer le niveau génétique du troupeau de sept points par rapport à un tri classique. En dix ans, huit veaux supplémentaires sont sevrés, et 5 485 jours de complémentation économisés. Avec un taux de renouvellement de 31 %, seules deux génisses sont introduites par an et le progrès génétique est inférieur à deux points.

« Plus le taux de renouvellement augmente, plus la pression de sélection baisse, et moins les tests génomiques pour trier les génisses sont utiles, explique Vincent Poupin. Toutefois, dans notre exemple, même pour un taux de 26 %, le bénéfice sur dix ans se chiffre à 5 760 €, avant déduction des coûts des tests. Dans les conditions actuelles, le génotypage systématique des génisses est donc difficilement rentable, sauf peut-être lorsque le taux de renouvellement est inférieur à 20 %. Je conseille plutôt d’y avoir recours au cas par cas, au moment du sevrage, pour détecter des gènes d’intérêt ou des anomalies, ou pour raisonner les plans d’accouplement des bonnes femelles, par exemple. »

Tests

• Les tests génomiques sont disponibles en races charolaise, limousine et blonde d’Aquitaine.

• La population pouvant en bénéficier est fonction de la politique raciale.

• En races allaitantes, les index génomiques (GEBV) combinent les index Iboval et les valeurs génomiques directes.

Un intérêt certain pour les taureaux de monte naturelle

Si le génotypage des femelles est à raisonner au cas par cas, celui des taureaux de monte naturelle présente un intérêt économique certain. « Une vache allaitante produit en moyenne 3 à 4 veaux dans sa carrière, alors qu’un taureau produit en moyenne 50 descendants, explique Vincent Poupin. L’investissement est donc réduit à raison de 2 à 3 € par descendant. » La génomique permet d’évaluer le taureau de façon complète, notamment sur des caractères invisibles (potentiel laitier, aptitude au vêlage). Les index obtenus autorisent une gestion plus fine des plans d’accouplement. Enfin, cette technique permet d’éliminer les taureaux porteurs d’anomalies (ataxie…) ou, au contraire, de sélectionner ceux porteurs de gènes d’intérêt (sans cornes…).

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Les réformes laitières restent demandées

Le recul de l’offre engendré par les congés d’été dans certaines structures commerciales, et les moissons qui accaparent les éleveurs, risquent d’entraîner un déficit important des volumes la semaine prochaine. Il pourrait être particulièrement marqué dans le grand Ouest, principale zone de production laitière.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !