«Les pododermatites sont dues au contact prolongé avec une litière humide ou de mauvaise qualité », explique Frédérique Mocz, de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne. Plusieurs facteurs affectent cette qualité : la ventilation, l’eau, le chauffage, la densité, l’aliment, le type et l’épaisseur de la litière ou encore la souche de volaille utilisée.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !