Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Propreté des veaux Début d’évaluation en abattoir

réservé aux abonnés

 - -->
Classe A (sec ou humide).Veau propre. Absence de souillures ou souillures sèches ou humides à l’état de traces.

L’interprofession s’est dotée d’une grille de notation des veaux, à l’image de celle qui existe pour les gros bovins. La phase de test a débuté le 1er janvier.

L’abattage d’animaux sales accroît le risque de contamination des carcasses. « Le développement de nouveaux modes de consommation de la viande sous forme hachée ou crue amplifie ce risque pour le consommateur », détaille une note d’Interbev (Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes). « Aujourd’hui, il n’est pas obligatoire de noter l’état de souillures des veaux en bouverie, même si la réglementation impose de garantir leur propreté, retrace Alexandre Merle, le président de la section veaux d’Interbev. La grille de notation des gros bovins est parfois utilisée, bien qu’assez inadaptée. D’ici la fin de l’année, notre objectif est d’établir un accord interprofessionnel, qui rendra obligatoire le classement des veaux selon une grille dédiée et clarifiera les responsabilités de chaque opérateur. »

Une démarche de progrès

Une phase de test de six mois, durant laquelle le classement des veaux a un caractère volontaire, a été lancée le 1er janvier 2018. « Nous faisons de l’information et apportons des recommandations via le réseau de techniciens des intégrateurs, reprend Alexandre Merle. C’est une méthode qui a déjà démontré son efficacité avec la réduction de l’utilisation d’antibiotiques. Et, nous nous donnons ce temps pour nous pencher sur la gestion des litiges. »

Des fiches de recommandations pour améliorer la propreté des veaux ont été produites à destination des éleveurs et des transporteurs. À terme, un accord interprofessionnel étendu, rendant obligatoire le classement et prévoyant la gestion des litiges, sera établi. La remontée des données dans la base gérée par Normabev permettra d’estimer la situation et de suivre son évolution. « La propreté d’un veau est déterminée par l’importance de la zone de souillures s’étendant sous une ligne allant de l’attache de la queue au haut de l’épaule », décrit l’accord. Les classes de propreté vont de A (propre) à D (très sale). L’abattoir établit le classement en lots pour les niveaux de propreté A et B, et individuellement pour les niveaux C et D.

Objectif : aucun veau classé D

« Lorsque l’état de propreté n’est pas identique sur les deux flancs de l’animal, la notation est établie sur le jugement du flanc le plus sale », précise l’accord interprofessionnel.

De plus, la classe de propreté est complétée par la mention sec ou humide, décrivant le type de souillure. « L’objectif est de ne plus avoir de veaux classés D, puis de réduire au maximum la proportion de veaux classés C », conclut Alexandre Merle.

Valérie Scarlakens

Les recommandations d’Interbev dans une brochure

L’interprofession a édité « Amélioration de la propreté des veaux » pour les éleveurs.

Sol plancher. L’espacement entre les lattes doit être au minimum de 2,5 cm pour permettre une évacuation correcte des fèces. Un écartement de 3 cm est recommandé lorsque le régime alimentaire comporte plus de 80 kg d’aliment solide.

Litière paille. En plus d’un système performant de récupération des jus, un bon paillage est primordial. Un apport de l’ordre de 2 kg de paille sèche (non moisie) par veau et par jour est un bon repère. Selon la saison, deux ou trois curages par bande sont à prévoir, au minimum.

Alimentation solide. Un réglage correct de la trappe de débit de l’aliment du nourrisseur permet de limiter le gaspillage. Le cas échéant, le retrait des refus au sol évite que ceux-ci n’obstruent les caillebotis.

Eau. Les fuites d’eau sont un facteur important de souillure des litières, notamment au niveau des systèmes de pipettes.

Aération/ventilation. Un renouvellement adapté de l’air permet l’évacuation de la vapeur d’eau et de l’ammoniac. Une bonne ambiance aura un impact positif sur la digestion des animaux et limitera les souillures.

Avant le départ des veaux. Il est recommandé de supprimer la distribution d’aliments solides la veille du chargement (environ douze heures avant). La dernière buvée doit être prise au maximum deux heures avant le départ, pour limiter les souillures par les urines durant le transport.

Le nettoyage des animaux sales est fortement conseillé. « Si les souillures sont sèches, le nettoyage à l’eau peut se révéler assez inefficace, souligne Alexandre Merle. La tonte est alors une solution plus simple. » Le fait de commencer par tondre le dos de l’animal l’habitue au bruit et à la sensation de la tondeuse.

© system
© Photos : Interbev
Classe B (sec ou humide).
Classe C (sec).Veau sale. Souillures sèches.
Classe D (sec).Veau très sale. Souillures sèches.
Votre analyse du marché - Veaux

Les prix des très bons veaux résistent

Alors que les intégrateurs refont pression sur les prix des veaux standards, les sujets de bonne conformation résistent, grâce à une offre limitée.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités

Cet article est paru dans La France Agricole

Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !